Championnat national de Football : un retard lourd de conséquences


Devant démarrer au plus tard au mois de novembre la période habituelle, le championnat national de football professionnel va finalement débuter le 7 décembre 2019 sans aucune précision qui tienne la route. Ce retard sera lourd de conséquences surtout que la dernière saison a été bouclée en mai.

Rien ne va pour le football sénégalais. Alors que les clubs espéraient reprendre du service au début du mois de novembre après de longues vacances, mais ils devront encore patienter avant de retrouver les terrains. La Ligue sénégalaise de football professionnel a prolongé les congés des équipes pour les trois prochains mois. Ce qui explique encore l’incompétence des dirigeants du football qui ont du mal à trouver de l’argent. De façon générale, c’est un retard lourd de conséquences pour les clubs qui resteront 7 mois sans jouer.

Cheikh Tidiane Gomis, journaliste Walf TV

« C’est une décision unilatérale, une vraie catastrophe »

« C’est la catastrophe, car cette décision est unilatérale. Une décision prise par deux ou quatre personnes dans un bureau, pensent qu’ils ont bien fait alors qu’ils ne réfléchissent pas sur les enjeux du football sénégalais. Comment  on peut démarrer la saison de football au mois de décembre alors qu’on avait fini le championnat au mois de mai. Cela va bouleverser le plan des entraîneurs et des présidents de clubs. Ce qui est obérant dans tout ça, c’est que ces gens là utilisent notre football professionnel et ils ne savent pas la signification du haut niveau. Ils ne savent pas ce qui se fait ailleurs et ce qui est bon. C’est malheureux. Personne ne peut comprendre. »

« Ils ne prennent pas en compte l’équipe nationale locale »

« On pouvait s’attendre à un démarrage au mois de nombre mais aller jusqu’en décembre. Ils ne prennent même pas en compte notre équipe nationale locale. Si elle se qualifie pour le CHAN 2020, les joueurs n’auront pas de compétition. Si Génération Foot se qualifie aussi pour la phase de groupes de la Ligue des Champions, ce sera pareil. Deux équipes qui représentent le Sénégal, n’auront pas de préparation. Les dirigeants ne calculent même pas l’erreur qu’ils ont commise.  C’est un manque de professionnalisme. Ce n’est pas normal. »

                                       « Ils tâtonnent »

« Depuis la création du foot pro, les observateurs sont d’accord sur une chose. Si ces gens là veulent un football crédible, ils doivent prendre le foot pro et le donner à une structure indépendante qui pourra gérer ça. Ce qui fait qu’aujourd’hui, ils tâtonnent. Donc, ils doivent arrêter s’ils veulent être crédibles. C’est après qu’on saura les conséquences. Je suis étonné de cette décision scandaleuse. »

Abatalib Fall, entraîneur de football 

« On se glorifie d’être la première nation africaine alors qu’on a un championnat irrégulier »

« C’est une chose incompréhensible pour un football qui se respecte. Déjà, le dernier championnat s’est terminé au mois de mai pour reprendre le 8 novembre. Ce qui veut dire donc qu’on va rester huit mois sans jouer. Pour un football qui se respecte et qui se dit premier en Afrique avec l’équipe A, cela veut dire donc qu’on est incapable d’avoir un championnat régulier où on ne peut même pas jouer 10 mois.  Ce sera huit mois pour nos joueurs. C’est toute une génération qui va être sacrifiée. C’est ça notre football. On se glorifie d’être le premier pays africain au classement FIFA alors qu’on a un championnat irrégulier et un club comme Teungueth FC qui déclare forfait pour faute de moyens en laissant tomber la Coupe de la CAF. C’est vraiment grave. »

                             « Il faut rendre le tablier »

« Je pense même que notre championnat était beaucoup plus sérieux lorsqu’on était amateur. Dans les années 90, on avait un championnat très organisé et on jouait beaucoup malgré les problèmes de dates qu’on avait. Mais, c’était sérieux avec des présidents de clubs qui avaient des moyens et maîtrisaient ce qu’ils faisaient. Avec l’ère du professionnalisme, je pense qu’il y a du n’importe quoi. C’est vrai qu’on a gagné sur la programmation, mais sur la date du démarrage ce n’est pas normal. On parle de manque de moyens. Je pense que ce sont les présidents de clubs qui sont pris en otage. Ils n’ont pas les moyens de gérer les clubs et le championnat. Il faut rendre le tablier et donner à ceux qui des idées et des moyens de continuer. Mais tout ça reste un blocage. »

Mamadou Salif GUEYE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *